J’adore…attendre. Ou pas.

D’emblée, je vais te tutoyer. On se connait trop bien toi et moi. Se vouvoyer serait ridicule.

Car, toi et moi, on se voit souvent.

Trop souvent, si tu veux mon avis.

Tu sembles perpétuellement revenir.

Il faudrait que je gère les choses autrement.

Disons-le, cela ne peut plus durer.

Tu es là, tout le temps présent avec moi, dans la classe, dans la salle des profs, dans mon bureau, à la maison.

Tu m’observes, je t’observe.

Je fais tout pour t’ignorer, cela dure depuis une semaine (Ah? Plus? Tu es sûr?), et pourtant je ne peux y arriver. J’attends trop. J’ai trop attendu.

Constamment présent, je ne peux oublier que j’aurais dû m’occuper de toi depuis longtemps. Impossible de se détendre avec toi dans les parages. Tu es là pendant le repas, la nuit quand je ne dors pas, pendant le film, au petit déjeuner…

Pourtant, je sais que quand je me serai occupé de toi, je serai content. Il y aura de bonnes surprises, et puis, c’est quand même à cause de moi si tu es là… Et puis, ça ne me prendra pas si longtemps que ça.

Mais il y a toujours autre chose à faire. Ou trop fatigué.

Les élèves attendent aussi.

Mais qu’est-ce que j’attends, moi?

Une fois que ça sera fait, je pourrai être tranquille. Libéré de toi et des tourments que tu me causes.

Parce que quand même, y’a rien de pire qu’un paquet de copies froides…

2 réflexions au sujet de « J’adore…attendre. Ou pas. »

  1. Ping : J’adore…attendre. Ou pas. | Le Grenier de GM | Scoop.it

Les commentaires sont fermés.