J’adore…dormir. (et pourtant…)

J’adore dormir.
Je dors facilement.
L’après-midi, je savoure, le week-end, ma sieste plus ou moins longue, mais toujours intensément bénéfique.
Dès que je suis passager en voiture, je dors, au bout de parfois 5 minutes, et ce sommeil là, cet abandon, est divin.
Dans un bus plein d’élèves qui vont en sortie, en voyage, je dors aussi.
Bref, dormir, j’adore…
Et pourtant…
Parfois, je ne dors pas.
Il y a des nuits où je ne dors pas, ou peu. Pas moyen. Pourtant, la journée n’a été ni reposante, ni fatiguante, ni stressante, pas énervé, ou angoissé à cause de quoique ce soit, pas sommeil. Point.
Ma tête sait qu’il faut que je dorme, mais mon corps, lui, pas envie.
Ma tête sait que demain, la réveil sonnera affreusement dans mes oreilles alors que je viendrai de m’endormir. Ma tête sait que la journée va être longue. Que je vais devoir prendre beaucoup sur moi pour faire de bons cours.
Rien à faire, le corps, lui, il n’a pas envie.
Alors, je tourne, me retourne. Avec couverture. Non, sans, trop chaud. Un verre d’eau? Un biscuit? Je me recouche. Tiens un trou dans mon pyjama. Ah mais, à propos, je mets quoi demain? J’ai recousu le bouton du jean?
Non, mais ça va pas, non? T’arrête de penser à des trucs comme ça, dors.
Pas envie. Pas moyen.
D’abord, quelle heure est-il? Seulement 5 minutes de plus qu’il y a 5 minutes quand j’ai regardé le réveil pour la 9 miliardième de fois? Ah…
Puis vient le moment où je commence à penser à ce que je vais faire demain. Et là, je sais que de nuit, il n’y aura quasiment pas.
Charger les mp3, chercher pourquoi le son du TNI ne marche pas. Les photocop’. Mais où sont mes clés? Et en CM2, je fais quoi déjà? Ah oui.
Mais arrête!
Dors!
Et si j’abordais la compréhension de l’oral sous cet angle, tiens? Ah mais ce n’est pas bête du tout!
Et je commence à monter la séquence dans ma tête, ça va être bien. Je devrais noter ces idées…
Non, tu dors.
Pas envie. Tourne, retourne. Couverture, pas couverture, verre d’eau, pas de biscuit (faut pas pousser!).
Bon, 25 minutes de passées.
Tiens, il se passe quoi sur Twitter? Des mails?
Tiens, un nouveau billet sur le blog de @drmlj, je lis, je retweete. Ca, c’est fait.
Ecrivons un billet, tiens. Mais où est l’iPad?
Chtac, chtac les doigts sur l’interface tactile. Voilà, billet écrit.
Vous en dites quoi?
Ah mais pardon, vous dormiez…

3 réflexions au sujet de « J’adore…dormir. (et pourtant…) »

  1. Tu n’es pas le seul à subir ces méandres, coucher, pas dodo, on rumine, on se relève, on vérifie si la porte est bien fermée, si on a bien préparé les bonnes chaussettes, le bon pantalon, etc….
    ça s’appelle être perfectionniste et, cela ne se soigne pas…..
    Le plus comique dans ton billet c’est « quand je voyage en bus avec mes élèves, je m’endors », j’ai bien ri en imaginant la scène…

Les commentaires sont fermés.