J’adore…ne plus être prof. (ou comment tenir au moins une semaine)

Vous le savez, vous êtes fatigué, vous avez besoin de repos, vous DEVEZ couper d’avec le travail et vous reposer. Seulement voilà, vous êtes un peu obsédé du travail et n’y arrivez pas très bien et revenez toujours de vacances fatigué car vous n’arrivez pas à vous séparer.
Ce coup-ci, vous allez faire autrement. Vous allez changer. Vous allez mieux faire, car vous avez mis au point le kit de survie vacances.

Déjà, commencez par vous dé-droguer.
Oui, on peut vivre sans vérifier sa boite mail non-stop. Non, aucun message n’est assez important pour devoir être relevé sur votre téléphone. Non, vous n’êtes pas un cadre sup’ super important et oui, tous vos messages peuvent attendre.
Donc: vous mettez un message d’absence sur votre messagerie pro. Du style: «Merci pour votre message ( ben oui, quand même ). Je suis en congé ( fait plus classe que vacances ) et serai de retour le 27/02. En cas d’urgence ( on ne sait jamais ), vous pouvez me joindre sur mon portable.»
Plus de mails, plus de choses liées au travail.
Attention, petit futé, désactivez tout ça aussi sur l’iPhone, sur l’iPad, le portable. Désactivez, on vous dit.
Pensez à laisser votre téléphone portable éteint, allumez-le une fois par jour pour vérifier. Et hop.
Pensez aussi à désactiver la relève automatique de message dans Mail ( si vous avez un Mac ).
Pensez à moins utiliser Twitter et Facebook.
Oui, on peut être heureux en étant 5 jours loin de Twitter. ( euh… )

Puis, évitez toute tentation.
Corrigez avant les vacances vos 3 milliards de copies. ( raté )
Rangez votre cartable dans un coin discret.
Rangez vos numéros pas lus des Cahiers Pédagogiques et gardez les pour la 2e semaine de vacances ( même le n° 494 qui vous a demandé en mariage ).
Commandez des bouquins pour le boulot mais de façon à les recevoir la 2e semaine.
Arrangez-vous pour avoir préparé vos cours pour la semaine de la rentrée.
Rangez votre bureau pour ne pas tomber sur quelque chose qui vous pousse à ne pas couper.

Puis, activez le fun.
Déjà, vous téléphonez à tous ces gens que vous avez délaissé car trop occupé.
Ca commence par un appel à Papa / Maman qui se demandent s’ils ont bien eu raison de vous pousser vers le métier de prof tellement vous n’avez pas le temps de les joindre.
Réactivez votre réseau «vieux copains / copines» pour vous faire des restos, cinés. Non, ne commencez pas par les profs, vous allez encore parler boulot. Invitez les gens que vous connaissez hors de votre réseau de prof  (Quoi, vous ne connaissez pas de gens qui ne soient pas prof ? ).
Offrez-vous la belle paire de chaussures de ville méga classe qui vous fait envie de puis longtemps. Vous serez classe avec, et vous saurez que vous ne travaillez pas uniquement pour payer les factures. Hein, et l’heure avec laquelle vous avez du mal, de 4 à 5, et bien voilà, c’est elle qui vous a permis de vous offrir les chaussures. ( marche avec objet geek, nouveau disque dur, nouveaux CD, costume etc. ).
Invitez vos amis à dîner ( amis, pas collègues, même les collègues amis, vous savez que sinon vous allez parler travail… ). Profitez-en pour faire les petits plats sympas que vous avez envie de faire depuis longtemps.
Commencez de nouveaux livres, regardez les films que vous avez raté au ciné, achetez-vous un coffret de la dernière série branchée.
Ne flippez pas car vous êtes là depuis 2h sur le canapé à rien faire. Profitez.
Carpe diem.
Tenez une semaine.
Ne plus être prof, c’est bien aussi. Et puis, ce n’était pas si dur, non ?

2 réflexions au sujet de « J’adore…ne plus être prof. (ou comment tenir au moins une semaine) »

Les commentaires sont fermés.