J’adore…le calme plat. (ou pas)

Ne pas penser au travail. Juste un peu. Une semaine. Profiter.

Ne pas avoir les clés à trouver le matin alors que je suis en retard.

Ne pas oublier mes cours / mes clés / ma clé USB à la maison et passer la journée à chercher comment je vais faire sans.

Ne pas trouver mon cartable vraiment trop lourd ce matin.

Ne pas arriver vraiment trop en avance.

Ne pas trouver la photocopieuse: en panne / sans encre / sans papier (au choix).

Ne pas avoir l’impression que si forcément ça va se voir que je suis vraiment fatigué. Rien qu’à mes cernes déjà.

Ne pas se dire que j’ai tout plein de copies à corriger. Ne pas y penser plusieurs fois dans la journée.

Avoir le temps de cuisiner un vrai repas. Avoir l’envie surtout. Ne pas me dire que la journée a été longue.

Me dire que même si j’adore ce métier, des fois, s’arrêter, ça fait du bien.

Me dire que s’arrêter permet de faire le point.

Me dire que je vais avoir le temps.

Le temps de lire. Le temps d’aller au cinéma. Le temps d’inviter des amis. Le temps d’aller faire des courses. Le temps de…

Pas envie non plus de me forcer.

Tout ce temps libre m’ennuie. (Oui, je suis un grand névrosé…).

Me dire que finalement je n’ai peut-être pas besoin d’autant de temps libre que ça.

Me dire que bon, allez, hein, une semaine sans presque rien faire de lié au travail (oui, j’ai craqué et j’ai regardé mes mails pros) c’est bien, mais que là maintenant je me sens reposé et que j’ai envie de faire des jolies prep’ et que j’ai envie de tester plein de choses en classes.

Me dire que non, je ne suis pas drogué de mon travail, que c’est bien d’avoir envie de faire des jolies prep’ de cours pendant mes congés.

Me dire que ça ne m’empêchera pas de profiter de tout le reste quand même.

 

Me dire que finalement, le calme plat… bof. (non?)