J’adore… les profs marquants.

Il était une fois un prof. Ni plus, ni moins. Un prof qui aimait son métier, qui le faisait avec autant de sérieux et de motivation que possible, en essayant de s’amuser, mais aussi d’amuser et d’intéresser les élèves, tout en étant exigeant.
Ce prof, comme tout les autres profs est passé par plusieurs établissements, a beaucoup apprécié de travailler dans certaines classes, dans d’autres moins, et puis il est parti voguer ailleurs, les élèves sont partis aussi, remplacés par d’autres…
Un beau jour, ce prof reçoit un mail sur sa boîte mail académique.
Un mail tout gentil, en anglais, de Violette (peu importe son vrai prénom). Violette s’excuse tout d’abord d’écrire sur la boîte mail pro du prof, explique qu’elle a eu son mail par un ex-collègue qui l’a vue le jour du résultat du bac. Violette espère que le prof se souvient d’elle, lui précise qu’il l’avait eue en collège, qu’il lui avait fait aimer l’anglais, et qu’elle tenait à lui écrire pour lui dire qu’elle avait eu son bac, et surtout qu’elle avait eu 18/20 en anglais, que la passion de l’anglais ne l’avait jamais quittée et qu’elle garde un excellent souvenir de lui et de ses cours.
Vous vous en doutez, le prof, c’est moi.
Je me souviens très bien de Violette, et de cette classe en particulier, une classe passionnante, avec des élèves plus ou moins à l’aise en anglais, mais motivés. Je lui ai donc répondu, moi aussi en anglais, pour lui faire part de ma joie de ce si gentil mail. Je lui ai dit mon plaisir de ce contact renoué et lui ai proposé à l’occasion de me contacter pour boire un café en ville et qu’elle me parle de ses projets. Dans la journée, Violette me répond, me dit que tel jour elle sera en ville avec un autre ex élève de la classe, Armand.
Je les retrouve donc. Un peu plus grands, mais pas si différents. Quel plaisir que ce café! Quelque part, ils sont restés collégiens et sont tout rouges en me saluant. On parle, j’écoute leurs projets pour l’avenir, c’est passionnant. Et puis, ils se mettent à parler de moi, enfin de mes cours. Ils me disent à quel point ils y ont appris des choses, en travaillant dur, mais dans la détente, en s’amusant. Je crains d’avoir été très exigeant. Ils sont étonnés, disent que non, que ça les a habitués pour le lycée…Ils m’expliquent que c’est moi qui leur ai tout appris, me parlent de tel ou tel cours, tel ou tel document qui les a marqués et que moi je ne fais plus depuis longtemps. Ils discutent entre eux, et je vois se profiler mon cours et la façon dont je le mène. Armand me dit que ma méthode elle est ‘vachement’ bien car quand ils sont arrivés en seconde, ils ont bien vu qu’il y avait plein de mots que eux ils savaient et pas les autres élèves. Ils me parlent de leur plaisir d’être en cours avec moi, du goût qu’ils ont de l’anglais, et à quel point je les ai marqués.
Moi aussi, j’ai eu des professeurs qui m’ont marqué, mon professeur d’histoire de lycée m’a appris à voir le monde, à le comprendre avec ses enjeux politiques, ma professeur d’anglais m’a donné envie d’enseigner. Je n’ai jamais pensé que moi je deviendrai aussi un prof qui marque.
J’ai revu Violette et Armand, et voilà, c’est fait. Pour au moins deux élèves, je suis ce prof-là. Le prof marquant. Il n’y a dans ce métier, à mes yeux, rien de plus beau.

5 réflexions au sujet de « J’adore… les profs marquants. »

  1. Ravie d’avoir eu le ressenti du prof, celui ci on ne l’a jamais, chacun d’entre nous pense au prof qui l’a fait avancer mais il es rare d’avoir ce côté du miroir merci, tu avais du vraiment les marquer pour que des démarches soient entreprises pour te signifier leur reconnaissance et leur merci, du coup, je présume que de nombreux autres élèves ont du trouver tes cours passionnants;

Les commentaires sont fermés.