J’adore… mes secondes (ou réussir ma rentrée, partie 2).

Il y a quelques années, j’avais eu une classe de seconde. L’expérience avait été plutôt déplaisante, cela ne s’était pas bien passé, et du coup, j’étais resté dans ma zone de confort, avec les collégiens avec qui j’adore enseigner et avec qui je suis sans doute plus à l’aise.

Et puis, cette année, j’ai décidé de suivre mes collègues dans un projet de classe inversée, et de sortir de ma zone de confort (parce que je suis comme ça, et que je me dis que je ne suis pas encore assez vieux pour ne pas me lancer des défis…).

Je suis allé à mon premier cours avec eux la boule au ventre, me demandant comment cela allait se passer. Sans doute la même boule au ventre que eux avaient en se demandant qui j’étais, si j’allais prendre en compte leurs difficultés, les juger s’ils n’y arrivaient pas… Nous sommes quand même dans un système qui crée de l’angoisse là où il devrait créer du plaisir d’apprendre (et d’enseigner). Et pourquoi ne pas fonctionner autrement ?

J’ai rencontré des élèves persuadés qu’ils étaient ‘nuls’, très conscients de leurs faiblesses, ne mettant jamais en avant le positif, extrêmement inquiets devant la perspective de devoir se servir de la langue vivante. De quoi ont-ils besoin ? Qu’est-ce qui fait que ces élèves qui ont fait 4 ans d’anglais ne parlent pas ?

J’ai pensé que les principes de la classe inversée seraient parfaits, et que j’allais les adapter à leurs besoins. Ce premier cours (et tous les autres) ayant très bien fonctionnés, voilà, je partage avec vous.

Comment ça marche ? Prenons la semaine dernière comme exemple.

J’ai une heure trente de cours en début de semaine. J’ai choisi de travailler différemment dans ce créneau. J’ai divisé la classe en plusieurs groupes, chaque groupe disposait d’un accès à la capsule vidéo que j’avais créée avec du vocabulaire pour prendre la parole sur le document, d’un extrait vidéo à raconter et de 30 minutes pour se préparer, avec accès à des dictionnaires, leurs cahiers etc. Les élèves ont travaillé dans le calme, se sont répartis les efforts, ont noté le vocabulaire et préparé des phrases. Ils sont ensuite venus prendre la parole, tout le monde devant faire au moins une phrase, avec comme consigne de parler, et de ne pas lire. Les autres groupes devaient écouter, rajouter à leur prise de parole les bonnes idées entendues dans le groupe d’avant et auxquelles eux n’avaient pas pensé. Puis, nous avons construit ensemble une trace écrite de cours. Nous sommes partis des phrases faites et entendues, nous avons corrigé ensemble les erreurs, j’ai rajouté du vocabulaire, on a explicité les points de phonétique difficiles, et nous voilà arrivés à la fin du cours…Le cours n’a pas été copié mais mis en ligne dans leur ENT (dans mon académie, tous les élèves reçoivent un ordinateur portable de la région), à charge aux élèves de récupérer le document (je peux aussi leur imprimer à leur demande). Je gagne du temps de cours pour faire de l’anglais (ceux qui veulent recopier le cours dans leur cahier peuvent le faire hors de mon cours). Cette méthode me plaît, aux élèves aussi, et je vais plus vite et de façon moins laborieuse.

La tâche pour le cours suivant était d’être capable de se servir de ce cours noté pour raconter l’extrait vidéo travaillé, soit en utilisant un par coeur maîtrisé et compris pour les plus fragiles, soit en partant de cette base pour les autres. Ils ont joué le jeu, et lors du cours suivant, des élèves, dont les élèves les moins confiants, ont levé la main pour être évalués. Ce n’était pas parfait, mais en net progrès.

Question: « Monsieur, je peux retravailler certains points et repasser lundi ? »

Comment dire non ?

Plusieurs conclusions:

  • ne pas hésiter à sortir de sa zone de confort.
  • tester, expérimenter, faire autrement, partir de leurs besoins, ne pas voir les élèves comme on voudrait qu’ils soient, mais essayer de proposer des approches qui correspondent à leurs besoins.
  • expliquer ce que l’on fait, ce que l’on demande, pourquoi. Il y a des règles en classe, des attentes, des exigences, expliquer pourquoi. Pour eux. Une fois cela intégré, cela va mieux.

– ils ont tous un ordinateur portable fourni par la région. Cela coûte cher à la collectivité. Essayer de rendre cela cohérent en adoptant (même modestement) des approches qui poussent les élèves à utiliser l’outil. Ils ne demandent qu’à utiliser l’outil, à nous de les inciter à le faire…Ce n’est pas si compliqué…(et ça vaut le coup !)

3 réflexions au sujet de « J’adore… mes secondes (ou réussir ma rentrée, partie 2). »

  1. Content de vous lire à nouveau ! Une expérience qui donne à penser (je ne suis pas encore persuadé du bien fondé de la classe inversée). Ou plutôt, j’hésite entre gadget et révolution.

    • Je crois qu’il ne faut pas imposer un carcan aux élèves mais y prendre ce qui peut leur servir et ne pas en faire un dogme. Je crois en la diversité des approches.

Les commentaires sont fermés.