J’adore… la liberté


Tiens? Mais il existe toujours ce blog? Hé oui, je n’ai pas écrit depuis pas mal de temps, et j’en suis bien désolé, donc voilà, me voici à nouveau.

J’ai pris mon temps cette année… car je n’en avais pas. Beaucoup d’aventures professionnelles, un cours à la fac (mais il me faudra un autre billet), des formations, des essais en classe… et une année a passé sans billet.

Quand je me suis lancé dans la classe inversée, l’idée était autant de répondre à un besoin de mes élèves (ne plus avoir peur de parler anglais par manque de vocabulaire) que de tester de nouveaux outils en utilisant le numérique. J’ai beaucoup de plaisir à travailler ainsi, même si pour moi cela ne doit pas devenir un dogme mais rester une voie possible en fonction des besoins des élèves. Je fais aussi du magistral frontal etc.

Ce chemin de la classe inversée m’a mené vers la différenciation en classe. En réfléchissant aujourd’hui à ce billet qui devait vous parler de ce que j’avais fait cette année, je dirais que c’est ce qui est le plus marquant. J’ai appris à voir l’hétérogénéité pas comme une complication pour le professeur mais comme une source de richesse pour la classe. On parle beaucoup d’Accompagnement Personnalisé, cela suscite beaucoup de débats, alors voilà, je livre ici mes essais si cela peut servir à alimenter votre réflexion.

Comment mieux gérer les différents niveaux et différents profils des élèves? Ce que j’ai appris cette année, c’est à laisser plus de liberté aux élèves. C’est la façon dont se manifeste la différenciation dans ma classe. Autour d’un cours construit de façon à laisser plus de liberté aux élèves afin qu’ils puissent avancer à leur rythme, en tenant compte aussi de leurs profils.

Liberté de choisir le niveau que l’élève souhaite viser dans sa tâche. Beaucoup de collègues s’interrogent autour du socle commun. J’y vois un espace de liberté. Je fixe un minimum commun pour tous dans l’exercice, mais je fixe aussi des degrés « plus loin » supplémentaires, libre à chacun d’aller dans cette voie. En général, je fixe 4 niveaux. Le plus simple étant celui du socle. Aucun jugement de ma part si on choisit le plus simple, au contraire. Les élèves vont choisir d’en faire le moins possible me direz-vous? J’y ai pensé aussi. Loin de là en fait, il y a émulation entre les groupes. Quand ils s’aperçoivent qu’ils arrivent à faire le niveau le plus simple, ils essaient d’aller plus loin. Parfois, ils ratent. Mais là, je suis dans mon rôle de professeur, je viens aider, guider, permettre d’aller plus loin. Et ça marche. Dans mes deux 4e, personne ne s’est arrêté au niveau le plus simple. Tous ont été au moins au degré 3, 1/4 le plus loin possible. Mieux, tous ont envie d’aller plus loin. Ceux qui ont fini avant peuvent aller aider les autres, approfondir leur travail ou lire en anglais parmi les ouvrages disponibles en classe. Là encore, liberté, du moment qu’il y a travail.

Liberté aussi de choisir son rôle dans un groupe. Je demande en général des groupes de 4. Il y a donc 4 rôles. Merci ici à Rémi Massé, Béatrice Carron et autres qui ont partagé leurs essais qui m’ont fait réfléchir. Les 4 rôles que j’ai choisi de prendre sont les suivants :

  • le time master, en charge de gérer le temps dans le groupe, trancher quand les membres ne sont pas d’accord, vérifier que le groupe reste bien dans la consigne
  • le data analyst qui a accès aux ressources dans la classe, pose les questions
  • le writer qui centralise les notes du groupe sur leur travail mais aussi après avoir écouté les autres groupes
  • l’expert qui récolte les propositions du groupe et restitue le travail oralement à la classe.

J’ai laissé les élèves choisir leurs partenaires de travail, leur rôle. J’ai été très positivement surpris de voir des élèves timides, en difficulté choisir le rôle le plus oral par exemple. Je leur demande juste de changer de temps à autre de partenaire de travail et de rôle. Chacun a loisir selon sa personnalité de choisir le rôle qu’il / elle pense être le plus en phase avec qui il / elle est mais aussi d’essayer, de tester, de se dépasser. Quant à moi, j’ai appris à ne plus enfermer les élèves dans une image que j’avais d’eux.

Liberté de choisir la forme de son travail. Je n’impose pas le format. Lorsque les élèves ont quelque chose à me restituer (point de grammaire, compte rendu de compréhension écrite, orale etc.), je les laisse choisir le support qui leur convient le mieux, car au final ce qui m’importe c’est le contenu. Certains choisissent d’écrire, d’autres de parler, certains rendent des supports numériques, d’autres écrivent, dessinent, font des cartes mentales… Je récolte les productions, fais un retour sur le travail, une évaluation formative et je partage les travaux avec la classe après que les élèves ont corrigé. L’erreur devient donc un processus normal de l’apprentissage. J’applique cela pour les travaux notés ou les simples entraînements. Je demande simplement aux élèves là encore de changer de format et de mode d’expression (oral ou écrit). Cela s’avère être source d’une grande richesse pour la classe, les élèves apprennent beaucoup et s’enrichissent des formes et contenus différents produits par les autres groupes.

Liberté de choisir une partie des items évalués. En langue, les classes se situent souvent entre plusieurs niveaux fixés par le cadre européen des langues. Là encore, il y a un minimum à atteindre. On peut choisir d’atteindre simplement ce minimum mais de l’assurer, tout en ne visant pas le maximum des points possibles ou choisir de tenter d’aller plus loin. On peut choisir d’écrire, de parler. Bien souvent, quand laissés libres de choisir, pour peu qu’ils soient guidés, les élèves se montrent ambitieux et choisissent d’écrire ET de parler par exemple. Ils vivent aussi l’évaluation de façon totalement différente.

Alors bien sûr, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi, mais de laisser une liberté raisonnable aux élèves, de les aider, de les guider, les rassurer dans leurs choix. Il y a pas mal d’ouvrages sur le sujet, ils m’ont beaucoup guidé.

Ne plus voir la classe comme un bloc homogène qui n’existe pas mais comme un groupe divers et riche de ses différences, changer le regard porté, cette liberté laissée ont désamorcé beaucoup de tensions en classe mais a aussi poussé les élèves à travailler plus, et mieux. Alors certes, tout n’est pas parfait et j’ai encore beaucoup à apprendre et essayer mais au terme de cette année d’essais, ma conclusion est que choisir de voir l’hétérogénéité comme une donnée « normale » de la classe, de prendre en considération les différents niveaux atteints et les différents profils d’élèves n’est finalement pas si compliqué à intégrer et apporte beaucoup.

J’adore…perdre du temps.


J’adore perdre du temps.

Je précise mon propos. Bien sûr que je n’aime pas perdre du temps, j’adore prendre le temps qu’il faut pour amener mes élèves là où ils doivent être à la fin de l’année.

Mes élèves ne travaillent pas.

Ou peu.

En tout cas, très peu seuls. Ils ont peu d’autonomie. Les « bons » (je n’aime pas ce mot collé à un élève, sorte d’étiquette dont ils ne se débarrassent que rarement, comme si c’était normal qu’ils le soient, tout comme « mauvais » élève, collé comme une sentence…) eux savent s’organiser, organiser leur travail, leur emploi du temps, comprennent les demandes des professeurs et savent comment faire. Comment ? Mystère. Parfois nous avons pris le temps de faire comme on pouvait de la méthodologie en classe, pressé par les programmes. Ils ont souvent inféré les méthodes, parfois l’encadrement des parents aussi les a amenés là où ils sont. Mais quid des autres ? Ceux qui bien souvent aussi veulent réussir, mais ne savent pas comment faire, comment apprendre, ne comprennent pas automatiquement ce que le professeur attend et comment y arriver ?

Je ne prenais pas en compte les besoins des élèves là dessus et ne me souciais pas des élèves après la classe. Il était normal qu’ils sachent faire les devoirs seuls. Moi quand j’étais élève, je me débrouillais bien seul, donc je pensais que c’était le cas de tous les élèves. Oui, mais moi, justement, j’étais un « bon » élève, mes parents n’ont jamais encadré mes devoirs. Je savais faire, et n’avais pas besoin d’eux. Donc pour moi, Il était « normal » qu’un élève sache apprendre et sache travailler tout seul. Sauf que non. Mes élèves ont souvent beaucoup de mal avec ça. Je ne rentre pas dans le pourquoi, c’est comme ça. De là, je fais quoi, je continue à les ignorer ? J’évolue ?

J’en suis donc arrivé à me demander ce que c’était que d’être le professeur des élèves que j’ai. Qu’est-ce que faire un cours à ces élèves-là ? De quoi ont-ils besoin pour réussir ? Dois-je continuer ainsi et continuer dans une approche qui à mon sens « trie » les élèves, en écartant les plus fragiles ? Puis-je me satisfaire de faire mon travail ainsi ?

Quand je suis arrivé dans mon établissement, on m’a beaucoup parlé de transmission des savoirs et de l’assimilation par les élèves de ces savoirs. Je dois dire que je me suis un peu demandé où j’étais. Mais de quoi on me parle ? Ils n’ont qu’à faire leurs devoirs !

Et puis, j’ai commencé à travailler dans les créneaux aide aux devoirs. Souvent, pleins de bonne volonté, en début d’année, les élèves essaient de faire les devoirs, et puis, devant le moindre écueil, ils bloquent, passent des heures carrées à chercher, et au bout d’un moment ne cherchent plus et abandonnent. Trop compliqué les devoirs, trop long d’apprendre. Je suis « nul »‘.

J’en arrive à hier. Hier, jour typique de mon travail de prof, j’interroge les élèves sur la leçon. Le travail n’a pas été fait pour une très large partie d’entre eux : le cours n’est pas su. Ce malgré l’aide aux devoirs – mes élèves sont internes et ont tous de l’aide aux devoirs le soir et le matin –  utilisée visiblement à autre chose. Cela arrive souvent. Avant cet établissement, j’aurais piqué une colère, et puis j’aurais sûrement dit une phrase (affreuse en y pensant) du style « eh bien tant pis, j’avance, je n’ai pas le temps de vous attendre. » Et après tout, pourquoi n’aurais-je pas ce temps ? Ce temps, ils en ont besoin. N’est-ce pas mon rôle de le leur donner ?

Donc, depuis un trimestre : j’ai décidé de prendre le temps, d’en « perdre ». De leur dire, « Ok (le tout avec un visage serein, détendu, un visage tu-ne-sais-pas-c’est-pas-grââââve….), eh bien vous allez utiliser une partie de l’heure à apprendre, l’autre à faire tel exercice (de la grammaire, de l’oral avec un assistant). Je ne lâche pas la chose, vous devez savoir cela pour avancer. Vous devez réussir l’évaluation finale. »

J’ai pris cette approche depuis un trimestre.

Le défi de cette approche étant de trouver ce que font les élèves qui eux ont déjà appris le cours et qui eux, en veulent plus, et ont le droit d’en vouloir plus. En général, je donne une tâche finale à accomplir en fin de séquence (un document à rendre, un dialogue à jouer lié à une situation précise…), ce qui est fait pendant la séquence sert à pouvoir accomplir cette tâche finale. Je demande donc d’utiliser ce temps pour préparer ce travail avec moi, ou je donne un travail qui va plus loin. Je ne suis pas encore très bon, je dois dire. Je cherche. Je tâtonne.

Quel bilan ?

Alors, il va sans dire que tout n’est pas rose. Mais bon. Après un 1er trimestre catastrophique (du style à chaque conseil de classe les moyennes de ma matière étaient les plus basses, ça fait toujours plaisir…), les notes remontent, avec un mieux de 2 points de moyenne de classe par exemple en 3e, plus 3 en 5e. Des élèves sont passés de 1 de moyenne à 8 ou 9, certains progressent de 10 points. J’obtiens des sourires d’élèves qui désormais demandent à savoir combien ils ont de moyenne « pour l’instant » et aussi quelles évaluations ils devraient repasser.

Hier, 3 élèves m’ont demandé à rester en cours pendant la récré pour repasser une interrogation. 4 autres ont choisi de ne pas avoir de pause pour préparer leur travail final avec l’assistant de langue…

Grande conséquence : je n’ai plus de chahut dans certaines classes pourtant très dures. Les relations avec celles-ci se sont apaisées…(et tant mieux, hein, parce que bon…).

Ai-je perdu du temps ? J’ai beaucoup culpabilisé sur le fait que je n’étais pas, certaines heures, le professeur parfait qui leur parle tout le temps en anglais les baignant dans l’anglais. Je ne fais pas le cours parfait attendu lors de l’inspection. Je ne fais d’ailleurs pas vraiment ces heures-là cours, je fais de l’accompagnement, j’aide, je guide. N’est-ce pas là aussi mon métier ?

Donc, en retard ? Ai-je perdu du temps? A ma grande surprise, non. Je suis plutôt en avance en 5e et 4e, c’est plus mitigé en 3e. Je trouve surtout que les choses sont mieux maîtrisées. Les 5e m’ont fait remarquer un jour que lors de l’écoute d’un document son, ils comprenaient parce « qu’il y a(vait) du vocabulaire que l’ont avait vu dans la séquence d’avant, donc on a pu comprendre parce que ces mots on les a appris ». Je n’avais d’ailleurs jamais étudié ce document aussi vite qu’avec eux…On est donc arrivé à la conclusion que plus on apprenait, plus on y arrivait. (pas aussi simple que ça mais bon, c’est une belle façon de voir les choses…).

Font-ils tous le travail ? Pas tous, presque. J’ai aussi des élèves qui bloquent, refusent. Je continue à leur montrer que je ne cède pas, que cela doit être su, que de toute façon ils devront me prouver qu’ils ont appris, que je vais prendre le temps, que je ne vais pas céder, que je vais les solliciter, que je vais leur dire « tu ne savais pas, je te donne rendez-vous tel jour, telle heure, tu viendras me réciter ». Ils jouent le jeu. La note n’est pas un jugement, mais le reflet d’un degré de maîtrise ou de connaissance. Ce n’est pas une sanction, on peut repasser une évaluation si on pense que l’on sait mieux, que l’on comprend mieux après plus de travail. Cela change totalement le rapport à l’évaluation. Et au professeur.

Auparavant, mon approche « ils n’apprennent pas, je laisse tomber, j’avance » (que je ne renie pas, c’est aussi un mécanisme de survie, je faisais comme je pouvais) aboutissait à la chose suivante chez mes élèves : « autant ne pas faire l’effort puisqu’il s’en fiche, de toute façon je ne comprends rien » (et d’autant moins que puisque le cours 1 n’était pas su, je ne pouvais pas rajouter de connaissances à savoir dans le cours 2 basées sur celle du cours 1, non-su donc). Je m’en rends compte a posteriori depuis que j’ai changé d’approche.

J’ai aussi appris la souplesse. Je donne des objectifs aux plus faibles : « moitié du cours su, moitié des points. Bien sûr tu peux améliorer ton score en me récitant tout un peu plus tard. » Les élèves qui ont le plus de mal à mémoriser ont donc le temps. Je raccroche le fait d’apprendre le cours, les règles, la conjugaison à du concret. On apprend pour être capable de faire. Capable d’écrire sur le blog au sujet de la sortie spéléologie, capable de parler en visioconférence à son correspondant américain de son dernier week-end et de se renseigner. On verra alors qu’on est compris de l’autre côté de l’Atlantique, que l’on comprend aussi. Que l’on comprend de mieux en mieux même.

J’apporte aussi beaucoup de méthodologie. Comment apprendre ? Comment écrire ? Comment gérer le français quand on écrit en anglais et le fait que cela ne fonctionne pas toujours pareil dans les 2 langues ? Comment savoir utiliser avec pertinence un dictionnaire, le traducteur en ligne (puisque je te dis que ça ne marche pas cette traduction mot-à-mot, ah mais…). Comment écouter de l’anglais parlé ? Sur quoi s’appuyer ? J’insiste pour que les conseils de méthodologie soient appliqués. J’insiste lourdement. Je montre que la façon de travailler de tel élève lui fait perdre du temps. J’en propose, impose, une autre.

Bref, parfois j’utilise 2 heures dans la semaine à encadrer le travail sur les 2h30 que j’ai de cours avec eux. Je n’ai pas fait « cours ». Ai-je été le professeur dont ils ont besoin ? Je pense. Ce temps « perdu », en tout cas pris au cours classique (je vous rassure, j’en fais aussi) n’est pas « perdu ». Je vais beaucoup plus vite dans la partie cours car les choses sont mieux maîtrisées. Et puis, petit à petit, l’autonomie va s’installer et je vais devoir prendre moins d’heures de « cours » classique. C’est un pari sur le long terme. En tout cas, je « perds » moins d’élèves. Et ça, je le vis bien.

Je ne sais pas si c’est la bonne direction. Je ne suis sûr de rien, je ne dis pas que j’ai raison, qu’il faut faire comme moi. Je cherche à mieux faire. Ca semble marcher. Je continue à chercher.

Bref, j’adore perdre du temps…pour en gagner.

J’adore… être exsangue.


Ouh la, je ne sais pas pourquoi, mais je finis cette année 2011 totalement épuisé, vidé, lessivé.

Dur dur de faire face aux enfants (dans le même état que moi…). Difficile de se lever, difficile de corriger des copies, difficile de  même parler (quasi extinction de voix, non, non, je ne somatise pas du tout ma fatigue), de rester frais et dispo, souriant…Même difficile de dormir tellement je me sens fatigué. Et pire que tout, pas un billet depuis des lustres sur mon blog chéri. Je vous délaisse, ça ne va pas!

Je dis que je ne sais pas pourquoi, en même temps, je suis persuadé que tous les profs finissent dans le même état (non?), et je finis comme ça tous les ans, voire à chaque vacances, donc ce n’est pas vraiment une surprise. Je me connais bien.

A chaque vacances, même schéma: je suis physiquement et intellectuellement exsangue, je n’arrive qu’au bout de quelques jours à vraiment couper du travail, et en général, j’ai un (petit) souci de santé. Un rhume ce coup-ci, avec voix hors service, le lumbago la dernière fois, il y a toujours quelque chose…

Mais positivons! Cet état a du bon. Rassurez-vous, chers lecteurs, je ne suis pas fou, je n’aime pas être dans cet état là, mais je sais que ce n’est qu’une étape, que je vais rebondir, et puis cet état de grande fatigue me force à couper net du travail.

Je m’efforce de sortir, d’aller au ciné, de voir des films, de regarder ce qui est passé à la télé (ah l’invention de la télé de rattrapage via l’ADSL…), de lire, parler. Je vois des amis, bref, je sors du tunnel novembre / décembre. La balance bascule à nouveau du côté personnel. Je m’enrichis.

Et tout ça me nourrit pour la rentrée.

Je suis exsangue donc, mais tout au fond de moi remontent déjà les idées de choses passionnantes que j’ai envie de faire:

– un joli projet de chasse au trésor via Twitter avec les USA et la classe de @mmelayman…

– un superbe (et très très exciting) projet inter disciplinaire français physique histoire géographie anglais auquel on m’a invité à participer au sein de mon établissement dont nous jetons les bases cette année et toute la recherche documentaire qui va avec pour ma partie…

– m’occuper mieux des élèves intellectuellement précoces.

– mieux travailler pour et avec les élèves dyslexiques.

– remettre l’accent sur l’oral après avoir beaucoup cherché en pédagogie autour du plaisir d’écrire en LV.

– développer le travail via Twitter en CM2 (tiens il faut que je vous parle des CM2 dans un prochain billet).

– tester nos nouvelles salles de cours en configuration média langue (une nouvelle partie de l’établissement ouvre…can’t wait).

– mettre en œuvre toutes les idées de cours que j’ai en tête.

J’en ferai une partie, sans doute pas tout, certaines envies ne se concrétiseront pas, mais toutes sont là, stimulantes.

Oh mais calme toi, arrête avec le travail, on vient de commencer les vacances, dites-vous?

Avec tout ce qu’il y a de génial qui nous attend, vivement la rentrée qu’on puisse travailler! (non?) 😉

Quoiqu’il en soit, bons congés à vous, chers collègues, et joyeuses fêtes à tous!

J’adore… les maths.


Je vous entends déjà (si, si, ne niez pas…).

« Quoi?!! Toi, un prof d’anglais? Impossible… »

Bon, ok, ce n’est pas tout à fait vrai, je ne les adore pas les maths, en fait je suis plutôt mauvais en maths (à tel point que lors de mon premier calcul de moyenne à la main il a fallu m’expliquer…) mais j’adore les maths avec @sab_idem.

@sab_idem est ma collègue de maths. Elle a toujours plein d’idées…

Elle et moi avons décidé de faire des maths en anglais (ou l’inverse).

Voilà comment ça marche.

Prenez un problème en français avec un reine des fourmis, des fourmis rouges et noires, une alliance contre des termites et une sombre histoire de calcul à faire.

Sauf que…

… on le donne anglais, ils ont un mois pour le faire, nous le rendre, le tout en cherchant dans leurs cours de maths et d’anglais les outils dont ils ont besoin pour écrire en anglais et résoudre le problème.

Ils nous soumettent le tout via un Google Form (je ne remercierai jamais assez Lissa Layman de m’avoir montré les Google Form). Hop, au passage, on verra si on ne valide pas des items du B2i (on adore valider chez nous…).

Bon, et ça change quoi?

Rien.

C’est juste plus fun, un challenge et en plus on écrit en anglais avec un but: si j’arrive à comprendre, moi qui suis mauvais en maths, c’est que quelque part, forcément ils ont compris eux les outils de maths dont ils se servent. Et je peux vous dire qu’ils vont avoir du mal à me faire comprendre, m’expliquer la règle etc…

A moi, ça me sert à quoi?

Déjà, je révise mon programme de maths de 3e (ça ne peut pas me faire de mal…si?) et en plus, ça tombe pile dans les Instructions Officielles (ben, oui, je les lis…), à savoir à l’écrit:

Etre capable de rédiger un texte articulé et cohérent sur des sujets concrets ou abstraits relatifs aux domaines familiers.

Les maths, les fourmis, familiers, ils connaissent (bon, ok, les rouges pas trop…) ou travaillé en classe.

Les maths, abstrait (quand même un peu, non?).

Ca marche même à l’oral s’ils doivent me parler:

Etre capable de faire face à des situations variées (pas plus varié que les fourmis noires et rouges, non?) avec une relative aisance.

On lance ça prochainement, ça devrait être sympa, enfin, on espère.

Donc, ne plus dire que les maths, ça ne sert à rien…Les maths, ça sert vraiment! Même à valider des compétences en anglais…

J’adore…les horizons (plus ou moins) lointains des prochains défis d’expérimentation


Le problème, c’est l’ennui.

Le leur, le mien.

Je suis comme ça, je dois toujours chercher des nouveaux trucs à inventer en classe, sinon, je m’ennuie…

Tant mieux. (mais si…)

Heureusement, il y a toujours des gens prêts à vous aider.

Donc, mon prochain défi est de copier ma collègue de SVT (dont je suis super jaloux car elle a eu cette idée géniale dont je vais parler là maintenant, ne zappez pas).

Pendant l’aide aux devoirs, les élèves me demandent s’ils peuvent aller sur les ordis pour faire la SVT.

Ah, vous avez une recherche à faire?

Non, non, un devoir.

Bon, forcément, je dois aller voir pour aider (un problème technique).

Ma collègue leur laisse les évaluations dans la session et le dossier perso de classe, ils la copient, remplissent, enregistrent, elle récupère et imprime….

Génial. (Ceux qui le font déjà, ça va, ne la ramenez pas, y’a trois mois, je n’avais pas de blog ou de compte Twitter, on fait ce qu’on peut). 🙂

Et là, syndrôme Twitter / Crotenay (voir billet 1): mais pourquoi je ne fais pas ça, moi? Mais, ça m’énerve, même. (sont tous géniaux mes collègues, c’est agaçant…)

Et voilà, depuis, je ne pense plus qu’à ça…comment adapter ça à ma sauce LV?

Je vois bien tout un tas de trucs à faire: laisser des document audios à écouter (entraînement ou évaluation) ou à imiter vocalement, des textes à lire,  des enregistrements à me laisser (l’exercice de lecture enregistrée en anglais est super pertinent, je trouve) et du coup, démultiplier le temps de l’anglais (soyons clair, on ne parle / comprends pas l’anglais très bien avec 3h par semaine…) et projeter l’anglais aussi hors du cours.

Et du coup, ils font ça quand ils sont prêts (je laisserais un temps pour le faire, ou il y aurait possibilité dans tant d’entraînements en plus du cours par trimestre…), pas encore tout mis au point.

Voilà, j’adore les horizons (plus ou moins) lointains des prochains défis d’expérimentation…

Même si je dois trouver comment faire…et que tant que je n’ai pas trouvé, ça va m’agacer de ne pas avoir trouvé (mais j’adore quand même, hein…).

J’adore…être professeur dans une Twittclasse


Un jour, un inspecteur, je crois, a posé la question de la place de l’écrit dans le cours d’anglais à une réunion.

En fait, selon lui, trop souvent, ils écrivent pourquoi en classe? En gros, dans une grande majorité des cas, pour copier le cours, ou faire des exercices, ou des interrogations / devoirs disait-il… Pas faux quand même…On s’étonne qu’ils n’aiment pas écrire en anglais après….

Quand écrivent-ils vraiment avec du sens, pour être lu par quelqu’un d’autre que moi? (certes, c’est déjà forcément un bonheur pour eux, mais quand même…)

Donc, oui, j’adore être prof dans une Twittclasse pour cette raison là.

On écrit, et ça sert à quelque chose, on est lu, on a un retour, ou l’écrit sert à apporter des réponses à l’autre / aux autres, de l’autre côté…

Ça a l’air tout bête mais ça change beaucoup de choses. Il y a du sens.

Mon projet avec Twitter a vraiment pris son sens avec la mise en relation avec la classe de @mmeLayman (merci @ticechampagnole pour cette mise en relation) récemment. On a la chance d’avoir un créneau commun malgré le décalage, on se connecte en même temps et zou! Je fixe des objectifs: en savoir le plus possible sur le lycée, l’Etat dans lequel ils habitent,par exemple, ils peuvent préparer avant, me soumettent leurs Tweets que je valide ou pas via un google form (merci Lissa pour le tuyau), et on y va…D’ailleurs, Lissa Layman explique comment elle fait sur son propre blog, allez voir. (http://bit.ly/psmUYv)

Du temps perdu? Je ne pense pas. Ils aiment, ils ont envie. J’entends ‘ah mais oui, ça on l’a vu dans le cours’. Tiens, mon cours sert à quelque chose…

Comment je le note? (question posée par la journaliste de Midi Libre venue nous voir il y a quelques temps). Je prends tout simplement les critères classiques définis par les programmes et le Cadre Européen (je sens que vous avez envie de les lire, mais non, je ne détaillerai pas): ponctuation, grammaire, orthographe etc. Et puis, des fois, je ne note pas aussi. On écrit pour le fun. Si, si, le fun…

Ils ont des dictionnaires. Bah oui. Et alors? Quand vous avez besoin d’écrire, vous ne vous servez pas d’un dictionnaire vous des fois? On nous demande de nous rapprocher de situations de communication authentiques: pour avoir essayé de parler avec mon correspondant allemand quand j’étais ado, je peux vous dire qu’il n’y a pas plus authentique que la présence d’un dico dans ces cas là…

D’ailleurs comme je suis vraiment pédagogue, j’en profite pour leur apprendre dans une vraie situation de besoin à s’en servir (certains de mes élèves ne savaient pas que dans un dictionnaire il y avait deux parties, français vers anglais, et l’inverse…)

Du temps perdu? Non. J’ai un corpus de phrases écrites en une heure très satisfaisant, ils ont travaillé dur; j’ai des élèves heureux d’avoir fait cours. (c’est bien des élèves heureux, non?)

Alors ok, en classe entière, c’est difficile, ça fait du bruit. Encore une fois, du bruit qui est le reflet d’un travail, pas d’un prof qui ne contrôle pas sa classe.

J’ai la chance d’avoir un assistant de langue, je peux fractionner la classe, tant mieux. Parfois, je ne peux pas, je fais avec… Je sors en ayant mal au crâne. Ou je m’arrange pour donner un travail à faire au CDI à une partie de la classe, il y a toujours un moyen, non? (je suis irrémédiablement optimiste…)

La première question de mes anciens élèves à la rentrée a été: ‘Monsieur, on va tweeter encore cette année?’

Y’a pas que moi qui adore être dans une twittclasse… Bon signe.

J’adore…expérimenter


Ben oui, ça a l’air tout simple de dire ça, mais expérimenter, ce n’est pas évident quand on est prof.

Il faut accepter d’être déstabilisé, de sortir de sa zone de confort, tout en projetant assez de confiance en ce que l’on fait pour que les élèves suivent…Ne pas avoir peur du jugement etc etc.

De retour de l’Unesco,  en plein mois de juin avec une demi classe partie en voyage linguistique et les autres restant en classe et n’ayant pas envie de travailler, je me suis dit que le moment était parfait pour expérimenter. Pas trop de pression de temps non plus, avec les notes, le programme etc. Twitter me semblait parfait pour ouvrir la classe sur l’extérieur, que les parents des élèves que j’ai en classe (un internat) puissent lire ce que font les élèves (ils ne rentrent pas le soir pour tout raconter), et pourquoi pas nouer des liens avec d’autres établissements en France , à l’étranger?

J’ai donc ouvert le compte de la classe @idem_in_english, rédigé une charte autant pour me rassurer moi que pour mettre des protections pour les élèves, et zou. De même pour commencer, j’ai ouvert un compte protégé, en filtrant les abonnés, le temps de tester. Cela a changé en 2e année, une fois que j’ai mieux maîtrisé l’outil. Mais, j’y reviendrai.

J’ai fait des ateliers d’écriture avec la douzaine élèves qui n’étaient pas en voyage, après avoir expliqué et fait signer la charte.

Plus de prof faisant ‘cours’ (j’entends par là, l’habituel schéma du cours de langue), mais une tâche – raconter vos dernières sorties ou ce qui se passe en ce moment en classe – et des élèves penchés sur leurs dictionnaires et cahiers pour chercher. Du bruit, de l’agitation, ce qu’un prof ne veut jamais montrer de sa classe, mais finalement du bruit pour quoi? Pour du bazar en classe? Non, pour du travail, de la vie, des échanges, des questions…

Car d’emblée, ça leur a semblé intéressant comme tâche.

Le présent Be + Ing qui jusqu’à présent ne servait qu’à faire plaisir au prof en faisant des phrases, devenait vraiment utile à quelque chose. Le preterit simple? L’outil pour parler du passé et des sorties faites hier, avant-hier, mercredi dernier (et hop, compris le marqueur temporel)!

Utile pour eux, ça l’était aussi pour moi.

En les regardant écrire, je comprenais mieux leurs erreurs (on ne pouvait tweeter qu’un message compréhensible, donc avec un minimum d’erreur). J’ai découvert le principe de ‘autant de mot qu’en français’ chez certains. On part de la phrase française, et on la traduit mot à mot. Pourtant on avait travaillé sur le preterit et comment ça marchait. Mais visiblement, pas assez dans un contexte de réel besoin d’écrire. Au début, certains ne voulaient pas montrer leur tweets, peur de montrer ses erreurs.

Ah bon, Monsieur, on peut se tromper? C’est pas grave?

Donc, on a retravaillé. Le français n’est pas l’unique modèle de fonctionnement, les autres langues ne marchent pas pareil. Parfois si, parfois non.

Ah bon, Monsieur?

Se tromper, ça fait partie de l’écriture, on cherche, on raye, on recommence.

Ah bon, Monsieur?

Les élèves (bon, d’accord, pas tous…) on demandé à venir en plus pour travailler l’écrit. Bref, je tenais là un outil stimulant qui en plus rentrait bien dans mon cadre. En 6e / 5e, il faut ‘être capable d’écrire des messages simples et brefs’, Twitter, 140 caractères, c’est parfait, non?

La semaine suivante les autres ont voulu suivre aussi, on a donc continué sur d’autres projets d’écriture. Des devinettes envoyées à l’école du Jura découverte à Paris (avec des réponses, les élèves écrivent donc pour être lus…), un projet avec les arts plastiques…Et pendant ce temps là, il y a eu de la réflexion sur l’image, le droit à l’image, quelles informations on donne de soi sur Internet ou pas, qui accepter comme abonné ou pas, pourquoi, la ponctuation, les majuscules, l’orthographe…

Il y a eu aussi une splendide sortie Wakeboard/Twitter avec les 5e qui font du Wakeboard et ensuite tweetent leurs sensations (avec mon aide, hein…). De très beaux tweets.

Donc, j’essaie de plus en plus de sortir de ma « zone de confort ».

Et me voilà à présent dans l’année 2, avec des nouveaux usages.

Mais ceci, sera l’objet du prochain billet… Teaser, teaser…